Avril 2008

Installation vidéo << Maman>> - Cécile -


moustiquaire /projecteur/ 50 paires des chaussures usées d'enfants,
2006-2007-2008 Paris

Bonjour tout le monde,

Nous voici enfin en avril. Aucun doute: c'est le printemps !!

Depuis trois semaines, je travaille avec assiduité au montage des séquences vidéos que je filme sans discontinuité depuis l'année dernière. Hier encore, Cécile, une petite fille parisienne de six ans, a accepté de tourner une séquence avec moi. C'était tout à fait charmant de l'entendre appeler sa maman en japonais, sa langue natale !

A part quelques exceptions, j'ai toujours tourné mes séquences avec les enfants d'amis proches, ou avec les amis de ma fille. C'est vraiment une histoire d'amitié: dans cette atmosphère familière et pleine de tendresse, les enfants se sentent à l'aise, et expriment leurs émotions avec beaucoup de naturel. PLusieurs fois, j'ai failli pleurer pendant que je les filmais !

A ce sujet, j'ai filmé la semaine dernière deux petites filles jumelles de six ans, Ambre et Zélie, dont la maman Sarah est américaine. Pendant le tournage, Zélie appelait sa maman « Mommy, Mommy » avec tellement d'émotion, de sensibilité et de vérité que Sarah en mouillait ses joues de larmes. J'en étais moi-même toute retournée. Le plus drôle, c'est que Zélie était tout à fait détendue, et qu'elle nous a expliqué en quelques mots la situation qu'elle avait imaginée pour appeler sa maman.

Je suis vraiment impressionnée par nos petites actrices !

Ambre et Zélie m'ont donné un gros carton contenant toutes les chaussures qu'elles ont portées depuis leur naissance... Elles m'ont dit: « N'oublie pas de mettre nos chaussures dans ton installation ». Toutes ces chaussures colorées et bien usées par la vie m'inspirent beaucoup.

Alors que sa maman Sarah me racontait avec un peu de mélancolie certains gestes quotidiens qui entouraient ces chaussures lorsque ses deux filles étaient petites, Ambre, demoiselle pétillante de vie, à la splendide chevelure rousse, nous a dit soudain: « Ah, regardez, ce sont les chaussures avec lequelles j'ai marché dans une crotte de pigeon quand j'étais petite ».

J'en profite pour remercier Naroa, Cécile et Louise qui ont bien voulu elles aussi me donner leurs chaussures ce mois-ci.

Au revoir, et à très bientôt.

Koko